• Le petit carnet de notes.

     

    Depuis de longs mois, mes périodes d’écriture se limitent aux ateliers d’écriture le samedi matin que j’attends avec beaucoup de hâte mais aussi aux notes que je prends au cours de mes lectures. Si ces lectures sont de plus en plus enrichissantes, j’éprouve réellement un manque à ne plus coucher mes pensées sur le vélin. Jusqu’à ce que je tombe sur l’extrait d’un roman de Richard Castle, « Mise à nu. » Je vous le livre ci-dessous.

    Il sortit un carnet tout neuf, trouve un stylo plume et laissa divaguer son esprit. Qu’est ce que je veux ? Trouver la fin de mon article. Non, ce n’est pas ça. Quoi alors ? Tu le sais, simplement, tu ne parviens pas à le définir vraiment. Chaque fois que Rook recourait à ce procédé, il avait l’impression que, si quelqu’un trouvait son brouillon, on le prendrait pour un fou. C’était une méthode qu’il avait empruntée à un personnage d’un roman de Stephen King, un écrivain qui, lorsqu’il voulait démêler une intrigue, s’interrogeait lui-même sur une feuille de papier. Un jour, il avait adopté ce qui ressemblait à un simple artifice dans une œuvre de fiction, et cela avait donné de si bons résultats, en le reliant directement à son subconscient, qu’il y recourait chaque fois qu’il devait se frayer un chemin dans un terrain trop touffu. C’était un peu comme avoir un coauteur qui ne vous demandait aucun pourcentage. Comme d’habitude, ce petit exercice de léger dédoublement de la personnalité le ramenait à un élément de base si évident qu’il l’avait négligé, tant il était familier.

     

    En lisant tout cela, je me suis dit : « Mais bien-sûr ! La solution est là ! » J’ai commencé à trier tous les morceaux de papier, les débuts de cahier et …acheté des carnets de notes pour les rassembler, les réécrire par genre, par thème. Les fils conducteurs se tissent d’eux-mêmes et la trame se dessine. Je me rends compte que pour écrire, j’ai besoin d’être outillée, documentée. J’ai besoin de me fixer une ligne de conduite pour ne pas partir dans tous les sens et terminer ce que je commence. Des heures de labeur en perspective pour, je l’espère un très beau résultat.