Sur un air de panthère rose.

 

 

La télévision, bien utilisée, donne accès rapidement à la culture du monde entier. J’enregistre quantité d’émissions pour les visionner au gré de mes envies.

Cette fois, il est question du Paraguay, un pays d’Amérique latine où la pauvreté culmine à plus de trente pourcents de la population. Sa capitale, Asunción, se trouve à la frontière de l’Argentine, sur la rive gauche du fleuve Paraguay. Cette vaste métropole fourmille d’une population métissée, chrétienne à nonante pourcents, suite à l’exode rural ainsi qu’au boom économique des années septante. L’accent n’est pas mis sur la misère, les conditions de vie déplorables mais sur la musique, les rires, avec, au final, beaucoup d’espoir.

En 2006, Favio Chavez, ingénieur sur la décharge à ciel ouvert jouxtant les bidonvilles de Cateura, Asunción, donne naissance à un orchestre. Musicien à ses heures, il est aidé par Nicolas Gomez, un employé de la décharge pour la création des instruments. Don Cola associé au luthier Don Tito Romero font des merveilles avec les matériaux récupérés sur place.

Quelques modèles : Un violon avec un pot de peinture, une fourchette et un bout de palette. Une contrebasse avec un bidon d’huile. Une guitare avec des boîtes de conserve.

L’orchestre des instruments recyclés de Cateura se produit dans le monde entier, mené par une devise : El mundo nos envía basura, nosotros le devolvemos mùsica. Le monde nous envoie des déchets, nous lui envoyons de la musique.orchestre cateura.JPG

Les bénéfices servent à la scolarité, aux relogements, pour certains même, aux études universitaires. Quarante jeunes musiciens, reprennent de grands classiques musicaux tant en première partie de Métalica à Bogota, Sao Paulo, Buenos Aires, qu’à Paris devant l’Unesco. Un bénévole français, Thomas Lecourt, travaille sur le projet, organisant des répétitions au Vy’a Renda (paradis en langue guarani) avec 150 enfants.

Quand Billie Jean, une jeune adolescente, entame le thème de La Panthère Rose sur un saxo fabriqué avec une gouttière et des pièces de monnaies, un frisson me parcourt. Cette sonorité particulière me rappelle de magnifiques souvenirs.

Vers mes dix-huit ans, je me suis prise de passion pour ce charmant petit personnage laissant la parole à une musique de jazz. Presque trente ans plus tard, malgré mon blog portant son nom : the-pinkpanthernat, je me suis trouvée mille excuses pour retarder une écriture à son sujet. Il est temps, maintenant, après avoir entassé quelques objets, figurines, films, dessins animés, de me pencher sur sa création, son thème musical puisque les années glissent sur elle ne lui laissant aucune ride.

Henry Mancini, musicien, arrangeur, compositeur, chef d’orchestre, crée The Pink Panther Theme, en 1963. Surtout connu dans le monde du jazz, il a droit à son étoile sur le Walk of Fame en 1982. Parmi de nombreux prix, il reçoit, plusieurs Grammy Award en 1965, sans oublier l’oscar de la meilleure chanson originale en 1984.

Les trois chansons de jazz du thème musical sont jouées au saxo en mi-mineur par Plas Johnson avec Darrol Barry à l’arrangement : It had better be tonight. The village inn en 1974. Something for Sellers en 1986.

Quant à La Panthère Rose, elle est créée par Friz Freleng, animateur, dessinateur, cartooniste chez Warner Bros et MGM. Elle prend vie en 1964 dans The Pink Phink (La vie en rose). Restée muette entre 1964 et 1986, elle prend la voix de Matt Frewer dés 1993. Débutant comme générique du film La Panthère Rose de Blake Edwards en 1963, elle a un tel succès qu’elle obtient l’oscar du meilleur court métrage d’animation : The Psychedelic Pink. Henry Mancini fait quelques apparitions dans l’émission The Pink Panther Show en 1969.

Il l’applaudit aussi à la fin du dessin animé Pink Plunk Plink, en 1966, quand La Panthère Rose réussit à faire jouer à un orchestre symphonique son thème à la place de la Symphonie n°5 de Ludwig Van Beethoven.

Ce petit personnage apparaît dans tous les génériques des films avec son thème musical.

1963, La Panthère Rose de Blake Edwards, avec Peter Sellers et David Niven L’inspecteur Clouseau enquête sur le vol d’un diamant rose.

1964, Quand l’inspecteur s’emmêle de Blake Edwards.

1968, L’infaillible inspecteur Clouseau de Bud Yorkin avec Alan Arkin.

1975, Le retour de La Panthère Rose de Blake Edwards.

1976, Quand La Panthère Rose s’emmêle de Blake Edwards.

1978, La malédiction de La Panthère Rose de Blake Edwards.

1982, À la recherche de La Panthère Rose de Blake Edwards, avec des séquences non-montées des autres films de Sellers, mort en 1976.

1983, L’héritier de La Panthère Rose de Blake Edwards. 1993, Le fils de La Panthère Rose de Blake Edwards, avec Roberto Benigni.

2006, La Panthère Rose 1, nouvelle version réalisée par Steve Martin et Shawn Levy

2009, La Panthère Rose 2 d’Harald Zwart.

Mis à part les nouvelles versions de 2006 et 2009, les films sont produits par United Artists, soit The Mirisch Company, ainsi que les dessins animés.

Parmi les personnages des films de La Panthère Rose, on retrouve : l’inspecteur Clouseau et sa femme Simone Clouseau, le commissaire Dreyfus, Sir Charles Lytton, le cambrioleur, Kato le domestique chinois et Maria Gambrelli la jeune servante.

Peter Sellers, incarnant l’inspecteur Clouseau, a eu un succès énorme. On le retrouve d’ailleurs comme personnage animé dans les génériques de film. D’abord danseur, musicien de jazz, il devient un grand acteur comique. Peter Hall disait de lui : Peter avait la capacité de s’identifier complètement à une autre personne, et de penser comme s’il était physiquement, mentalement et émotionnellement dans sa peau.Il est nommé meilleur acteur britannique au BAFTA en 1965 pour La Panthère Rose (The Pink Panther).

La Panthère Rose m’accompagne bien souvent dans les moments difficiles de la vie. Elle me rappelle qu’en toute occasion, il faut avoir de l’humour, de la dérision voire de l’autodérision. Sa couleur rose bonbon me donne à penser qu’en chacun de nous il reste un enfant rieur qui ne pense qu’à jouer, faire des blagues. Ma vie n’est pas simple, en retrouvant mon âme d’enfant, elle me semble plus acceptable.

 

 

 

 

 

 

Les commentaires sont fermés.