"Journal et poèmes.", Izumi-Shikibu.

« Brouillard. »

« Sans une éclaircie

Empreint de mélancolie

Le brouillard d’automne

Dans les tréfonds de mon cœur

Se serait-il épandu »

 

« Désir d’amour. »

« Le fleuve des larmes

Dont le flot pourtant s’écoule

De ce même corps

Est bien incapable hélas

D’éteindre le feu d’amour/ »

 

« Moi qui n’ai personne

Qui de moi se souviendra

Me faudra-t-il donc

Tant du moins que je vivrai

Répéter hélas hélas. »

 

« Entre les marées

De rivage en rivage

J’ai eu beau chercher

Je n’ai rien trouvé qui vaille

Dans ma vie que l’on en parle. »

 

« Ah comment ferai-je

Venue la nuit pour distraire

Mon cœur de ses peines

Quand déjà au long du jour

Sous la pluie je me morfonds. »

Les commentaires sont fermés.