"Un prêtre chez les loubards.", Guy Gilbert.

« Il y a énormément d’alcoolisme chez les jeunes de la rue. En principe, les boissons alcoolisées sont interdites aux mineurs non-accompagnés. Mais elles sont moins chères que les autres. »

 « On n’est pas des paysans, mais ce que ça fait du bien de se sentir tout neuf là-dedans !... ça doit vouloir dire à peu près ceci :

-Je peux enfin réfléchir, en sciant ce foutu tronc d’arbre.

-Loin des types louches aux combines dangereuses.

-Des bistrots ouverts jusqu’à trois heures du matin pour des mômes comme nous.

-Des flics qui nous courent toujours après parce qu’on les emmerde.

-Des gens qui nous regardent comme des bêtes féroces.

-Des envies que j’ai de leur rentrer dans le lard.

-De mes vieux qui hurlent en rentrant tard la nuit, puant la vinasse.

-De cette putain de société où je me sens mal et qui me donne la trouille.

-De tous ceux qui s’occupent de nous et nous rejettent le lendemain comme des peaux de banane.

-Du fric qui court et grossit dans les mêmes poches.

-Des douze mètres carrés où on loge à quatre depuis seize ans. »

Les commentaires sont fermés.