• Entrailles : Extrait d' Humeurs, fluides et tempérements (Les travers de l'âme)

    Entrailles

     

    De la noirceur de mes entrailles

    dépend le confort de ma vie.

    Et du tabou de ce carmin

    naîtra la peur viscérale.

     

    Plus que la douleur,

    c’est la nausée qui s’installe.

    Et les piliers de mon corps

    en fléchissent.

     

    Coup de lame

    ou trait de dard,

    le nœud du problème

    palpite sous la tension.

     

    Au creux d’un sofa,

    je m’étale ;

    petit intermède douillet

    dans cette tension sans fin.

  • "Une idée de bonheur par jour", Janine Casevecchie.  

     

    « Le vrai bonheur coûte peu, s’il est cher, il n’est pas d’une bonne espèce. »

    François René de Chateaubriand.

     

    « Le plaisir est le bonheur des fous. Le bonheur est le plaisir des sages. »

    Jules Barbey d’Aurevilly.

     

    « Tout bonheur est un chef d’œuvre : la moindre erreur le fausse, la moindre hésitation l’altère, la moindre lourdeur le dépare, la moindre sottise l’abêtit. »

    Marguerite Yourcenar.

  • "Oscar Wilde et le jeu de la mort", Gyles Brandreth.  

     

    « Surveille tes pensées car elles deviennent tes paroles. Surveille tes paroles car elles deviennent tes actions. Surveille tes actions car elles deviennent tes habitudes. Surveille tes habitudes car elles deviennent ton caractère. Surveille ton caractère car il devient ton destin. »

     

    « Quand les hommes cessent de dire des choses agréables, ils cessent de penser aux choses agréables. »

     

    « Le sérieux est l’unique refuge des gens stupides. »

     

    « Un homme civilisé ne regrette jamais un plaisir, et celui qui ne l’est pas est incapable d’en reconnaître un. »

     

    « Bien que j’aie toujours fait cas de l’opinion des acteurs et des spectateurs sur mon œuvre, j’ai tout autant défendu l’idée que l’humilité est réservée aux hypocrites et la modestie aux incompétents. S’affirmer est à la fois le devoir et le privilège de l’artiste. »

     

    « La vérité, c’est que j’aime les superstitions. Elles donnent de la couleur à la pensée et à l’imagination. Elles s’opposent au bon sens et le bon sens est l’ennemi de ce qui est romantique. Conservons une part d’irréalité. Ne soyons pas vulgairement raisonnables. »

  • "Le fantôme de Canterville", Oscar Wilde.  

    « …qu’allons nous faire d’une femme qui tombe en pâmoison ? Opérer une retenue sur ses gages,… Ensuite, elle n’y tombera plus. »

     

    « La mort doit être si belle. Reposer dans la douce terre brune, avec l’herbe qui ondule au dessus de votre tête, et écouter le silence. »

  • "Les sirènes de Bagdad", Yasmina Khadra.

     

    « Une brute reste une brute, même avec le sourire. C’est dans le regard que l’âme décline sa vraie nature. »

     

    « Qui se nourrit de la lâcheté des autres, engrosse la sienne, tôt ou tard, elle finira par lui bouffer les tripes, puis l’âme. »

     

    « Il faut t’endurcir. Il faut savoir renoncer aux peines des autres ; elles ne sont pas bonnes ni pour eux, ni pour toi. Tu es trop mal loti pour t’attendrir sur le sort d’autrui. »

     

    « La dignité ne se négocie pas. Si on venait à la perdre, les linceuls du monde entier ne suffiraient pas à nous voiler la face et aucune tombe n’accueillerait notre charogne sans se fissurer. »

     

    « Je leur offre la lune sur un plateau d’argent. Ils ne voient que la chiure de mouche sur le plateau. Comment voulez-vous qu’ils croquent la lune ? »

     

    « Ma peine m’enrichit dés lors qu’elle n’appauvrit personne. Et il n’est de misère que celui qui a choisi de semer le malheur là où il est question de semer la vie. Entre la nuit de mon infortune et le deuil de mes amis, je choisis le noir qui me fait rêver. »

  • "Lliane", Jean-Louis Fetjaine.

     

     « Le frêne culmine haut, aime les elfes,

    Solide sur sa position et bien planté,

    Même quand l’ennemi s’avance pour le combattre.

                Le cheval est une joie princière,

                Il avance fièrement quand parlent de lui

                Les riches cavaliers qui l’entourent

                Et à celui qui est inquiet, il est un réconfort.

    La demeure est chère au cours de chacun

    S’il peut y laisser en paix

    De fréquentes moissons. »

     

     « Par une ironie amère dont elle ne cessait de s’étonner, l’illumination de la connaissance l’avait coupée du reste du monde et donc privée de l’essentiel, puisque ce n’est pas la connaissance que recherchent tous les êtres à la surface de la terre, mais le bonheur. Le bonheur, désormais, lui apparaissait comme un manque de lucidité, comme une ignorance niaise et béate de la vraie nature des choses, mais la pire, pour elle, était de savoir qu’elle avait tort. »