Des photogrammes

Le photogramme est apparu bien avant la photographie. C’est une photo mais sans utiliser d’appareil, juste en posant des éléments sur un papier photosensible et en l’exposant un certain temps à la lumière. Il est formidable de découvrir les superbes résultats que donne l’imagination humaine, avec juste des ténèbres et de la lumière. Grandement inspirée par une élève travaillant des dentelles en photographies argentiques, je sais que le photogramme est particulièrement adapté à mes attentes. Il va me permettre de trouver le moyen de mettre en évidence ma personnalité et ma passion de l’écriture. La forme et la teneur de mes poèmes se prête bien à cette expérience. Je passe de nombreuses heures en laboratoire, sous les lampes rouges en faisant des essais de calcs, de matières, de formes d’écritures,… Les tranches de papier photo se succèdent et laissent apparaître, sous l’effet du révélateur, des images en noir et blanc. Les masses et les transparences obtenues peuvent être observées après un passage dans le bac du fixateur et les bacs de rinçage. Je commence à faire le tri de ce qui est beau ou pas mais surtout de ce qui me parle pour choisir le poème « Vapeur d’eau » en French Script sur papier calc imprimé.

Vapeur d'eau

 Aux premières mâtines,

une brume légère s'étend sur l'eau des canaux.

 La douce chaleur du jour s'annonce.

La fraîcheur nocturne reste emprisonnée.

 Une alchimie de vapeur se crée

sous nos yeux émerveillés.

 Un voile cotonneux s'étale

sur l'ondine encore sommeillante.

 Le soleil à l'horizon

semble tirer à lui un drap rosé.

 L'aube, dévêtue de son manteau

tire sa révérence devant l'astre du jour.

 

Mettre en scène un écrit quand un de mes professeurs me reproche d’encore trop penser littéraire et pas assez photo…et pourtant ! Je vois mes écrits et ceux des autres autrement. J’écris différemment aussi. La photographie m’a ouvert un monde de sensations insoupçonnées. Au calme, je fais une recherche de motifs baroques pour composer un ensemble parfait, léger et vaporeux. Le choix d’un papier satiné me semble évident pour ne pas obtenir un résultat moderne avec des noirs et des blancs trop marqués. Je veux de la nuance, un peu de fragilité aussi. Pour beaucoup, le papier semble si éphémère ! Après le choix des motifs, je les agrandis à bonne dimension pour obtenir des canevas Assemblage des cinq canevas.jpg

Ensuite, un assemblage de plumes, duvet et filets brillants est collé sur de l’organza et posé sur un calc. Comme il faut travailler avec un ou deux carreaux pour aplatir les volumes au maximum, il est impossible de tout coller. C’est l’organza qui est découpé sur base des canevas. Pour le reste il suffit de laisser voguer son imagination. Assemblage des cinq collages.jpg

Pour un superbe résultat. Présentation faite à l’évaluation du 5 décembre 2017 sur papier blanc imitation cuir. Mme mettant en scène un de mes poèmes.
Composition des cinq photogrammes.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

     

 

    

Les commentaires sont fermés.